NF_CC_4091-bd.jpg
NFLogowhite.png

Le blog présente la presse et l’actualité de NOLWENN FALIGOT ainsi qu’une série exclusive d’articles avec un point de vue singulier sur la mode, l’art et la culture ; en Bretagne, dans les Pays Celtes et au-delà.

PORTRAIT. Originaire du Finistère, la styliste Nolwenn Faligot sort sa première collection

Ouest-France ---


Âgée de 29 ans, la Finistérienne Nolwenn Faligot sort, ce printemps, sa toute première collection de mode féminine avec sa marque éponyme.


Originaire du Finistère, la styliste Nolwenn Faligot lance la première collection de sa marque en ce printemps 2021. OUEST-FRANCE

Rencontre

Ce mois de novembre 2020 compte- ra dans la vie de Nolwenn Faligot. Le deuxième confinement débutait, les trains étaient annulés, les grandes marées suivaient leur rythme immuable. Et le temps se suspendait sur la plage de Camaret-sur-Mer : la première collection de la styliste de 29 ans était portée par trois mannequins et immortalisée en photos par l’œil de la Brestoise Charlaine Croguennec.

Robes, pantalons, hauts... Des vêtements amples « dans lesquelles les femmes, de tous âges, peuvent bouger, travailler, sortir, être élégante et féminine. Ce sont des vêtements modernes, pour des femmes d’aujourd’hui », décrit Nolwenn Faligot. Ces belles pièces, éthiques et responsables, elle les a imaginées « durables dans le temps ».

Très naturellement, l’enfant de Loperhet, ancienne danseuse du cercle celtique de Plougastel, s’inspire de la Bretagne autant qu’elle la met en lumière. Elle puise donc dans le patrimoine vestimentaire, naturel, historique... de sa région qui est « au cœur de ce [qu’elle] fait ». Les tissus proviennent d’Europe ; la confection est réalisée en France, dans l’Ouest et en région parisienne. Elle a choisi de travailler le coton, le lin ou encore le chanvre car « là aussi, historique- ment en Bretagne, cela a du sens ».


De Loperhet à Bratislava

Avril 2021, presque six mois plus tard. La quarantaine de pièces haut de gamme (accessoires compris) se dévoile petit à petit sur le site Internet de la créatrice de mode. À la fin du mois, les précommandes seront ouvertes. Sa marque s’appelle Nolwenn Faligot. Tout simplement. Son logo entre- mêle ses initiales et est aussi un clin d’œil celte et un écho au Japon, où elle a été en stage en 2012. Car sa marque est aussi tournée vers les autres, ouverte sur le monde.

À son image, évidemment. À 18 ans, bac en arts appliqué obtenu au lycée Vauban à Brest, la jeune femme a quitté son Finistère pour aller étudier la mode féminine à Londres. Après sept années dans de prestigieuses écoles (le London college of fashion, la Kingston University et Central Saint Martins), elle obtient son master en mode féminine. C’est à cette époque qu’elle noue de premiers contacts avec Armor-lux : l’entreprise de confection textile basée à Quimper la dote en tissus pour réaliser sa collection d’année de licence, qui a aussi été présentée au festival de Cornouaille en 2013. Cet hiver 2020-2021, Nolwenn Faligot a élaboré une capsule (mini-collection) pour Armor-lux : elle a alors repris des classiques de la marque en y intégrant son côté créatif.




Inspirée par la Bretagne, tournée vers les autres

Ses études en Angleterre terminées, elle s’envole pour Bratislava, capitale de la Slovaquie, en Europe de l’Est. « J’ai toujours su que je voulais faire quelque chose d’artistique, qui allie le créatif à l’utile », raconte-t-elle. Pendant trois ans, elle y travaille pour la marque de prêt-à-porter féminin haut de gamme Nehera, auprès d’un directeur artistique français. Entrée comme assistante, elle en ressort comme styliste senior. Thèmes et dessins des collections, choix des matières et couleurs : elle touche alors à tout, ce qui lui donne « une vision d’ensemble », apprécie-t-elle.

Elle rentre en France en 2019, travaille comme free-lance avec son ancien directeur artistique sur des collections pour une marque chinoise. Et se pose à Rennes. De là, elle crée donc. Fait du yoga chaque matin. Se ressource dans les parcs voisins ou sur les plages malouines. Élargit ses horizons – habituellement – en arpentant les musées et en voyageant. Et trouve aussi l’inspiration dans la nature. Cette nature qu’elle soutient aussi via sa première collection puisque sur chaque vente réalisée, quelques euros seront reversés à l’association Eau et rivières de Bretagne pour participer, notamment, à la création d’un atlas socioculturel sur la rivière du Bélon.




Rose-Marie DUGUEN.

Paru dans le OUEST-FRANCE, Le dimanche 04 Avril 2021







© 2020 NOLWENN FALIGOT, All rights reserved